To view the site correctly, please download from the link below the latest version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

ΕλληνικάEnglishDeutschFrenchItalian

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

"J'ai compris"
Home Spinalonga
L' Histoire de Spinalonga Imprimer Envoyer

La petite île de Spinalonga (des mots latins spina = épine et longa = longue) se trouve à l’entrée du golfe d’Elounda. D’après la légende, l’île serait appelée d’après la réputée princesse Longa qui habitait dans la forteresse. La superficie de l’île est de 850 ares et le point culminant atteint les 53 mètres. Son nom grec est Kalydonia. Au cours de l’Antiquité, s’y trouvait la forteresse des Olunites qui avait été construite pour protéger le port de l’ancienne cité d’Olounda (actuellement, Elounda).

En 1579, une puissante forteresse est construite par les Vénitiens sur les vestiges de l’ancienne forteresse. Elle était une des places fortes les plus importantes de la Crète et était considérée imprenable. Elle demeura sous occupation vénitienne même après l’occupation de la Crète par les Ottomans, en 1669. Durant cette période, l’on construisit les églises de Saint Pantéléimon et de Saint Georgios. Durant la guerre de Crète (1645-1669), Spinalonga était le refuge de réfugiés et de révolutionnaires, des dénommés « chaïnides » qui, ayant l’île pour tremplin, lançaient des assauts contre les Ottomans. Spinalonga était le dernier site de la Crète à être occupé par les Ottomans qui s’y sont établis en 1715.

Durant les premières années de l’occupation ottomane, la forteresse perd de son importance et est utilisée comme lieu d’exile et d’isolement. Mais, au 19ème siècle, les données changent et le rôle du port de Spinalonga est renforcé. L’île réunit un nombre élevé d’habitants qui, pour leur majeure partie, sont des commerçants et des marins. Ceux-ci profitent de la sécurité que leur offre l’agglomération fortifiée pour exploiter les voies commerciales de la Méditerranée orientale. Selon les estimations, en 1834, 80 familles habitaient à Spinalonga ; en 1881, elles étaient au nombre de 227.

Les bâtisses étaient des habitations à deux étages, entourées de murets élevés ou des établissements commerciaux dotées de grandes portes. La vie de cette agglomération sera brusquement interrompue au cours des dernières années du 19ème siècle, à cause de l’action révolutionnaire des Grecs qui obligea les Turcs à quitter l’île. En 1903, en application d’un décret de la Cité Crétoise, l’île devient le lieu de séjour des lépreux de la Crète. Plus tard, elle devient le lieu d’isolement de tous les lépreux du pays.

Le lazaret disposait d’un directeur, d’un médecin et de personnel soignant, d’un intendant, d’une équipe de nettoyage, d’un service financier et d’un prêtre. Les patients recevaient une allocation de l’État pour pouvoir se procurer la nourriture dont ils avaient besoin et qu'ils achetaient à une forme de marché ouvert qui était organisé tous les jours au quai du port. A ce marché participaient les habitants des régions environnantes qui y vendaient leurs produits pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. Les produits qui n’étaient pas vendus au marché étaient considérés infectés et il était interdit de les vendre hors de l'île. Ainsi, ce qui n’était pas vendu était jeté à la mer. À cette époque, l’économie de la région s’appuyait sur cette île. Les patients s’établirent dans les bâtiments de l’agglomération ottomane mais aussi dans des bâtiments modernes qui ont été construits dans les années 1930. D’importantes parties des murailles vénitiennes ont été détruites en 1939, à la dynamite, pour ouvrir la route périphérique qui existe actuellement. Le lazaret fonctionna jusqu’à 1957 . De nos jours, le visiteur peut se rendre sur l’île de Spinalonga en petits bateaux qui partent du hameau côtier de Plaka. Le dernier aurait été construit par des habitants de la région après l’établissement du lazaret, étant donné que de la côte de Plaka on passait les lépreux en face, sur l’île